1. La fibromyalgie est une maladie reconnue internationalement

Elle se définit par l’association de douleurs chroniques généralisées au niveau musculaire et articulaire, d’une fatigue importante ou extrême, de troubles du sommeil, de maux de tête et de ventre, de troubles de la concentration et de la mémoire, d’une tendance à la dépression et à l’anxiété. 

  1. La fibromyalgie ne provoque pas d’anomalies ou d’altérations visibles dans les analyses et autres examens

Aucun changement n’est observé dans le corps des patients atteints de fibromyalgie, bien qu’il y ait des douleurs avec des mouvements multiples ou une pression locale, même légère. L’analyse et les radiographies sont tout à fait normales, sauf en cas d’autre maladie associée. Cela contribue à la difficulté du diagnostic, conduisant de nombreux patients à passer d’une spécialité médicale à l’autre pendant des années sans diagnostic. 

  1. Les patients atteints de fibromyalgie ont de multiples sources de souffrance

Outre les douleurs et la fatigue, qui peuvent être très intenses, notamment le matin, les nuits du patient sont perturbées par un sommeil agité et agité. La fatigue et les difficultés de concentration réduisent leurs performances au travail et dans la famille, s’ajoutant à la souffrance causée par les critiques des autres et surtout par  l’autocritique , alimentée par l’esprit typiquement perfectionniste de ces patients. Maux de tête et de ventre, côlon irritable, douleurs lors des rapports sexuels et essoufflement font partie des symptômes supplémentaires courants aggravés par un contexte psychologique avec des niveaux élevés d’anxiété, d’irritabilité, d’insatisfaction et de perfectionnisme. 

Le retard du diagnostic et l’incompréhension, voire la méfiance, des autres, face à une maladie invisible, alourdissent considérablement le fardeau de la maladie. 

  1. La douleur et la souffrance des patients atteints de fibromyalgie sont réelles

La recherche scientifique ne laisse aucun doute à ce sujet : les cerveaux des patients atteints de fibromyalgie ne se distinguent pas des autres lorsqu’ils traitent des douleurs qu’ils décrivent comme d’égale intensité. Ce qui se passe, c’est que les patients atteints de fibromyalgie ressentent cette douleur avec beaucoup moins de stimulation que les personnes normales. Le cerveau de ces patients amplifie la douleur de manière anormale. La même chose se produit avec d’autres stimuli tels que les odeurs et le bruit, qui sont généralement plus désagréables pour les personnes atteintes de fibromyalgie. 

  1. La fibromyalgie peut être profondément invalidante

L’intensité et l’impact des symptômes varient grandement d’une personne à l’autre, et chez une même personne au fil du temps. Les phases d’aggravation peuvent être très difficiles à tolérer pour les patients malgré leur détermination à rester actifs et utiles. Dans les cas les plus graves, les patients peuvent être incapables de se lever ou de travailler plus de quelques heures par jour et être contraints d’utiliser des aides à la vie quotidienne, notamment des fauteuils roulants. 

  1. La fibromyalgie est une maladie très courante, surtout chez les femmes

Environ 4 à 6 % des femmes adultes dans le monde sont touchées par la fibromyalgie. La même chose se produit avec environ 1 % des hommes adultes. Cela donne à la fibromyalgie la dimension d’un problème de santé majeur, avec un énorme impact individuel, social et économique. 

La raison de cette disparité entre les sexes n’est pas complètement  comprise,  mais elle pourrait s’expliquer, en partie, par la différence dans le traitement de la douleur par le cerveau masculin et féminin, par la plus grande tendance des femmes à la dépression et à l’anxiété, ainsi que par la demande imposée par les multiples rôles sociaux et familiaux des femmes. 

  1. La cause de la fibromyalgie est inconnue

On sait que le cerveau des personnes atteintes de fibromyalgie réagit de manière anormalement forte aux stimuli périphériques, déclenchant des douleurs dans des circonstances où cela ne se produirait normalement pas. On ne sait cependant pas si cette anomalie est la cause première de la maladie ou si elle représente simplement le reflet d’une cause plus profonde. Il existe des preuves d’une prédisposition génétique à la fibromyalgie, via des gènes liés à la modulation de la douleur. Un groupe de chercheurs portugais (JAPS) a récemment proposé un modèle innovant, selon lequel la personnalité et l’histoire de vie peuvent être décisives : une vie chroniquement plus agressive, ou ressentie comme telle, provoquerait un état d’hypersensibilité du cerveau à la douleur et à d’autres potentiels. agressions. 

  1. Le stress a un effet néfaste déterminant sur la fibromyalgie

Presque tous les patients atteints de fibromyalgie décrivent que des épisodes ou des périodes de stress, de tristesse, d’inquiétude et d’angoisse plus importants sont suivis d’une aggravation de la douleur, de la fatigue et d’autres symptômes de la fibromyalgie. Cette relation est souvent reconnue comme décisive. Les patients fibromyalgiques ont tendance à avoir leur propre profil psychologique, caractérisé par une grande exigence et un perfectionnisme, des inquiétudes permanentes et une difficulté à se détendre au repos. Le stress est, dans ces conditions, un compagnon presque constant, aggravé à son tour par la douleur et la fatigue. Le cercle vicieux négatif a tendance à se perpétuer. 

  1. Le traitement actuel est peu efficace et peu accessible

Le traitement médicamenteux actuellement proposé repose sur l’utilisation d’antidépresseurs,  d’antiépileptiques  et de myorelaxants. Ce n’est pas une coïncidence si tout le monde a fait des efforts contre l’anxiété. Les analgésiques et les anti-inflammatoires peuvent être utiles pendant de courtes périodes. Les opioïdes sont contre-indiqués. Les effets du médicament sont en moyenne très insatisfaisants et les effets indésirables ne sont pas rares. Il a été démontré que l’exercice physique régulier est bénéfique..

La psychothérapie, sous différentes modalités, fait partie des interventions les plus prometteuses. Cependant, les professionnels accrédités pour ces modalités ne s’en occupent pas et l’accès est difficile pour la plupart des gens. 

  1. Le bonheur comme « arme thérapeutique » dans la fibromyalgie

Les études scientifiques et la pratique clinique montrent clairement qu’il est essentiel de réduire les niveaux de stress et d’anxiété des patients atteints de fibromyalgie afin de contrôler la maladie et ses symptômes. C’est ce qui justifie, dans une large mesure, l’effet des médicaments et de l’exercice physique. C’est l’objectif des techniques de psychothérapie qui ont démontré leur efficacité : favoriser l’harmonie intérieure, le bien-être émotionnel, la maîtrise des émotions perturbatrices, en un mot : favoriser le bonheur. Il existe de nombreuses façons de procéder, sans médicament. C’est là que réside l’espoir et le pouvoir décisif que le patient peut avoir sur sa maladie. .

 

By admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *