Touchant jusqu’à quatre pour cent de la population et principalement des femmes, la fibromyalgie est un syndrome qui provoque des douleurs, de la fatigue et des problèmes cognitifs. Mal comprise, cette maladie est incurable et difficile à diagnostiquer. Aujourd’hui, grâce au travail d’une équipe de scientifiques de l’Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill (IR-CUSM), de l’Université McGill, de l’Université de Montréal et de l’Institut de médecine de la douleur du Campus de soins de santé Rambam à Haïfa, en Israël, il Il y a de l’espoir à l’horizon.

Après avoir montré pour la première fois, en 2019, que la fibromyalgie était liée à des altérations du microbiome intestinal, cette équipe de chercheurs a franchi une étape majeure vers une meilleure compréhension de l’association entre les bactéries intestinales et le syndrome. Dans une nouvelle étude, ils présentent la première preuve que les patients atteints de fibromyalgie présentent différentes quantités et espèces de bactéries intestinales métabolisant la bile, ainsi que différentes concentrations d’acides biliaires dans le sang, par rapport aux personnes en bonne santé.
Ils montrent également que certaines de ces différences sont corrélées à la gravité des symptômes. Publiées dans la revue scientifique Pain, ces découvertes pourraient ouvrir la voie au développement d’outils diagnostiques et thérapeutiques pour les personnes souffrant de fibromyalgie. Une signature caractérisée par une composition unique en acides biliaires Sécrétés par le foie, les acides biliaires humains aident l’organisme à digérer les huiles et les graisses mais effectuent également de nombreuses activités biologiques dans d’autres systèmes corporels.
Une fois métabolisés dans l’intestin, ils sont recirculés vers le foie et le sang et deviennent des acides biliaires secondaires. Dans cette étude, comparant 42 femmes en bonne santé à 42 femmes atteintes de fibromyalgie, les chercheurs ont observé que les bactéries métabolisant la bile, plus abondantes dans l’intestin, n’étaient pas identiques dans les deux groupes et que les femmes atteintes de fibromyalgie présentaient des altérations significatives de leur concentration sérique d’acides secondaires. acides biliaires.

“Le changement dans les acides biliaires que nous avons observé chez les patients atteints de fibromyalgie dans notre étude est suffisamment distinct pour être utilisé comme signature biologique efficace pour détecter les individus atteints de fibromyalgie. C’est une étape importante, étant donné que le diagnostic de la fibromyalgie est souvent un long processus qui nécessite éliminer d’autres conditions pouvant causer des symptômes similaires », explique le Dr Amir Minerbi, co-auteur principal de l’étude, qui est passé de l’unité de gestion de la douleur Alan Edwards du Centre universitaire de santé McGill (CUSM) à l’Institut de médecine de la douleur de Rambam au cours de la moment de l’étude.

Grâce à l’intelligence artificielle, l’équipe a également découvert que la présence de six acides biliaires secondaires spécifiques était suffisante pour prédire avec une précision de plus de 90 % si une personne participant à l’étude souffrait de fibromyalgie.

“L’apprentissage automatique et statistique nous a aidé à caractériser quelles bactéries intestinales changent en abondance et quels acides biliaires humains sont d’importants responsables de la maladie”, explique Emmanuel Gonzalez, Ph.D., co-premier auteur de l’étude, du Centre canadien de génomique computationnelle. et le Département de génétique humaine de l’Université McGill. “Ces approches ont fourni une signature biologique précise de la fibromyalgie et, bien que notre cohorte d’étude soit relativement petite, ces résultats sont un signe prometteur selon lequel l’intelligence artificielle pourrait améliorer considérablement le diagnostic précis de la maladie.”

Altérations associées à la gravité des symptômes
Les chercheurs ont collecté des échantillons de selles de tous les participants pour l’analyse des bactéries du microbiome ainsi que des échantillons de sang pour l’analyse des acides biliaires. Pour voir s’il existait des associations entre les altérations biochimiques observées et la gravité des symptômes, ils ont demandé aux participants atteints de fibromyalgie de remplir des questionnaires évaluant leur douleur, leur fatigue, leur qualité de sommeil et leurs problèmes cognitifs et somatiques. Les patients ont également décrit leur fonctionnement physique, leurs difficultés au travail, leur fatigue matinale, leur raideur musculaire, leurs symptômes d’anxiété et de dépression.

Les chercheurs ont identifié un acide biliaire secondaire appelé acide alpha-muricolique (aMCA) qui était en moyenne cinq fois moins présent chez les patients atteints de fibromyalgie que chez les participants en bonne santé. Ils ont constaté que sa présence était négativement corrélée à la plupart des symptômes du syndrome, notamment la douleur, la fatigue, un sommeil non réparateur et des troubles cognitifs.

« Si cela est corroboré par des études futures, nous pourrions explorer un nouveau mécanisme potentiel impliquant un acide biliaire secondaire spécifique qui influence la douleur chronique », déclare l’auteur principal de l’étude, le Dr Yoram Shir, de l’unité de gestion de la douleur Alan Edwards du CUSM. .

À l’aide des technologies de séquençage de l’ADN et de l’intelligence artificielle, l’équipe a recherché des corrélations entre les concentrations sériques d’acides biliaires et diverses variables cliniques. Les analyses ont confirmé qu’au moins certaines des différences observées dans la composition du microbiome des patients et dans les bactéries métabolisant la bile étaient probablement attribuées à la fibromyalgie, plutôt qu’à d’autres facteurs individuels ou environnementaux.

“Par exemple, le syndrome du côlon irritable et le trouble dépressif sont fréquents chez les personnes atteintes de fibromyalgie, mais nous avons pu démontrer que les altérations d’acides biliaires spécifiques associées à la fibromyalgie n’étaient pas corrélées à ces affections”, explique l’expert en bioinformatique Emmanuel Gonzalez.

L’alimentation étant un facteur qui influence la composition du microbiome intestinal, les scientifiques ont également mené des analyses sur l’apport alimentaire de chaque participant et n’ont trouvé aucune corrélation entre les nutriments consommés et les symptômes.,..

Le premier rapport impliquant des altérations des acides biliaires dans la douleur chronique
À l’instar de l’étude précédente de l’équipe reliant la fibromyalgie au microbiome intestinal (publiée dans Pain en 2019), cette nouvelle étude émane du projet Fibromyalgia Microbiome, mené entre 2017 et 2018 à l’unité de gestion de la douleur Alan Edwards du CUSM et à la Rhumatologie de l’Ouest-de-l’Île. Clinique, à Montréal, Canada. Malgré les défis posés par la pandémie de COVID-19, l’équipe de chercheurs spécialisés en recherche clinique, nutrition humaine, biologie environnementale et bioinformatique a poursuivi sa collaboration et, en moins de trois ans, a pu publier cette nouvelle étude établissant la première association significative de concentrations sanguines d’acides biliaires accompagnées de douleurs chroniques.

« Nos résultats montrent une relation étroite entre la composition du microbiome du patient, les acides biliaires et la gravité des symptômes de la fibromyalgie. Comprendre le mécanisme biologique de la fibromyalgie est essentiel, car cela montre que cette maladie est réelle et parce qu’il nous rapproche du développement d’un traitement efficace. à ces femmes et hommes qui souffrent », déclare le Dr Shir..

 

By admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *